Culture corporelle, Education à la santé, la contribution des ASDEP Imprimer
Écrit par Mathieu Chantalle   

cedre-5-page-couvF. Berge - Professeur agrégé EPS

In : "Faire pratiquer ...pour faire apprendre", Collection : Les cahiers du CEDRE/CEDREPS, Publishers : AEEPS, 2006, Vol.5 : 46-56

Introduction : Il est souvent reproché aux enseignants qui souhaitent que l'EPS contribue au développement d'un état de santé positif chez leurs élèves, d'instrumentaliser cette discipline afin d'atteindre cette finalité. De même, la visée d'acquisition d'une culture corporelle se référant à des pratiques d'APSA semble, pour certains, incompatibles avec la poursuite de visées éducatives.
Nous nous proposons ici de montrer que l'un et l'autre sont compatibles, voire s'associent étroitement dès l'instant que l'élève est en apprentissage. En effet, notre postulat est que cette contribution possible au développement de la santé et l'acquisition de ce que certains dénommet "épaisseur culturelle" ne sont pas invitées de façon  incantatoire. Les contenus d'enseignement ne sont pas habillés" "par la santé ou la culture, ils sont le coeur de ces deux visées éducatives et participent ainsi au développement de l'élève (au sens "de sortir de l'enveloppe"). Ils s'apprennent grâce à des dispositifs mis en place par l'enseignant, puis progressivement grâce à l'acte de dévolution, par l'élève, mais c'est dans la pratique de l'APSA que le sujet apprend.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"