Tennis de table niveau 2 : cibler, habiler, intervenir, évaluer. Et si tout était lié ? Imprimer
Écrit par Mathieu Chantalle   

cedre 13 page couvF. Blanchard - Professeur EPS, collège-lycée Pierre de la Ramée, Saint-Quentin, Membre du groupe ressource AEEPS CEDREPS

In : "Forme de pratique scolaire, objet d'enseignement et d'intervention", Collection : Les cahiers du CEDRE/CEDREPS, Publishers : AEEPS, 2013, Vol.13 : 77-86

Résumé : Construire le point c’est placer sa balle, en avoir l’intention et en assurer la réalisation. Pour apprendre à le faire en tennis de table il faut limiter la difficulté informationnelle et biomécanique : marquer vite à partir d’un service peu réglementé face à un relanceur décalé. Plus le service devient réglementaire (balle lâchée et frappée derrière la table) plus le projet stratégique concerne les deux premiers coups et non plus le seul service. Lors des 20 services (4 matchs de 5 services consécutifs) le serveur doit marquer au moins 8 fois en 1 ou 2 frappes. Pour ce faire, il cherche à jouer le plus possible à l’extérieur des diagonales (tracées sur la ½ table du relanceur) sans dépasser la rubalise fixée à 30cm au dessus du filet. Ces indicateurs concrets guidant les transformations des élèves sont réutilisés pour noter l’efficacité dans le gain des matchs et dans la construction du point et valider la compétence de niveau 2.


Accès au téléchargement de l'article - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"Smiley content Le cahier 13 est disponible sous forme pdf -  Voir sommairebouton-acheter-pdf-mauve