Jeudi 8 mars : « Philosophie de l'effort », avec Isabelle Queval Imprimer Envoyer
2017-logo-AEEPS-ParisIDF-BISTROTS
 
Cher.ère.s collègues, cher.ère.s ami.e.s,
 
Afin de clore en beauté cette nouvelle riche année de Bistrots pédagogiques1, nous vous proposons jeudi 8 mars (19h00 - 21h30) une rencontre exceptionnelle avec Isabelle Queval2, au Cadet de Gascogne3pour échanger sur la « Philosophie de l'effort » (exposé suivi d'un débat).
 
« Comment penser l’effort aujourd’hui ? Le thème peut sembler à la fois banal et faussement suranné. Banal, d’une part, parce que l’effort est, pour paraphraser Descartes, "la chose du monde la mieux partagée". Depuis toujours, nous sommes enjoints à "faire des efforts", dans des domaines très variés de l’existence, pour apprendre à marcher ou faire du vélo, à l’école, dans nos relations avec autrui puis, plus tard, pour mener à bien des études et une vie professionnelle, trouver le bonheur dans notre vie privée et surmonter les "coups durs" qui sont le lot de chacun. Banal aussi, parce que, tel un marronnier des propos de comptoir, le thème est dans l’actualité, lorsqu’il s’agit de déplorer le "manque d’efforts" des "jeunes générations" ou la perte du "goût de l’effort", à l’école notamment.
Ainsi, l’effort serait requis partout, et pourtant perdu, omniprésent dans les discours et si difficile à définir, si difficile à saisir aussi dans les actes. De quoi parle-t-on, de l’effort physique, démonstratif, ou de l’effort intellectuel, intériorisé, impalpable, mais dont les neurosciences visent à montrer la teneur somatique ?
L’effort permettrait le progrès. Oui, mais lequel ? À quel prix, à quelles fins ? Faut-il nécessairement se dépasser, "s’arracher", pour être heureux ? À qui profite donc l’effort ?
Évoquer d’autres manières, moins doloristes, moins violentes, moins compétitives, moins discriminantes de penser l’effort et la performance, comme l’accomplissement et le dépassement de soi, c’est aussi poser les bases d’une écologie personnelle, qui est aussi une ergonomie de l’effort personnel et collectif, c’est-à-dire une manière de bien vivre avec soi-même comme avec les autres. »
I. Queval
 
ATTENTION, le nombre de places étant limité, la participation (gratuite) à cette soirée sera soumise à une inscription préalable ouverte à toutes et tous :
  
 
Vous trouverez toutes les informations complémentaires sur ce flyer. N'hésitez pas à l'imprimer et à l'afficher dans votre établissement !
 
Bien amicalement,
 
Stéphane Sapin
Président de votre Régionale Paris-ÎdF
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 
1. Bistrots pédagogiques nos 35 et 36 sur les inégalités sociales à l'école (Marie Duru-Bellat et Jean-Luc Ubaldi), BP no 37 sur le numérique éducatif (Carole Sève, Yoann Tomaszower, Sébastien Lacroix, Éric Dauphas et Bruno Devauchelle).
2Isabelle Queval est philosophe, professeure à l'Université Paris-Lumières. Elle a, entre autres, publié en 2016 Philosophie de l'effort, aux Éditions nouvelles Cécile Defaut et Du souci de soi au sport augmenté – Essai sur le corps entraîné, dopé, appareillé, aux Presses des Mines.
3Le Cadet de Gascogne se situe sur la Butte Montmartre, au n°4 de la Place du Tertre, Paris 18ème. En plus de partager un verre avec nous, vous pourrez rester y manger après le Bistrot pédagogique (formule « entrée - plat - dessert » à 18€50).
 
Cadet de-Gascogne