Enseigner quand même…

Drancy, dimanche 8 novembre 2020
 
          Cher·ères collègues et futur·es collègues,
 
          Même si « jamais, depuis 1940-1945, la vie n'avait été bouleversée de semblable façon »1, nous souhaitions aborder cette année scolaire 2020-2021 aussi « normalement » que possible.
Après un été déconfiné suivi d’une rentrée aménagée, nous rêvions d’un retour de nos rencontres associatives si riches, si stimulantes ; si précieuses. Nous avons donc pensé et organisé pour vous un ambitieux programme de Bistrots pédagogiques et d’Ateliers de pratiques.
Face à la montée en puissance d’une deuxième vague épidémique, nous avons dû, dans un premier temps, décaler nos rencontres d’un trimestre. Puis il est apparu de plus en plus évident qu’il nous faudrait apprendre à vivre avec ce virus au moins jusqu'à l'été prochain2, nous habituer à cette existence bancale où l'avenir tout entier paraît bouché, dans la sphère professionnelle comme dans le cercle privé.
Suite à l’instauration d’un couvre-feu puis d’un reconfinement, nous nous sommes finalement résolus à reporter l’intégralité de nos manifestations à 2021-2022.
Impossible de savoir si et quand cette parenthèse se refermera, ni quel monde en sortira. En attendant, il est indispensable d'enseigner quand même...
 
          Alors, que faire ? Se résigner ? Plonger dans un chacun pour soi et un sauve qui peut ? Certainement pas ! Nous sommes en effet convaincus, avec André Comte-Sponville, que « vivre, c’est agir ou subir, puisque "notre vie n’est que mouvement", et assurément agir vaut mieux. C’est participer de soi-même au branle universel, à quoi nul n’échappe. »3
Fidèle à ses valeurs et à ses engagements, votre AE-EPS Paris-Île-de-France va ainsi continuer à « faire sa part »4, rester à vos côtés tout au long de cette période d'incertitudes et de projets avortés.
 
          Et si en ce moment nos déplacements sont limités, notre imagination, elle, ne l’est pas !
Nous allons à nouveau nous appuyer sur la mobilisation, la générosité et l’enthousiasme d’enseignant·es, de formateur·trices, de chercheur·euses, d’inspecteur·trices, qui ont accepté ou accepteront de s’engager avec nous dans un projet de vidéos.
Les premiers thèmes abordés seront : Pistes d’adaptations du parcours de formation disciplinaire et des formes scolaires de pratiques aux préconisations sanitairesLe corps et la voix des professeur·es d’EPS ; L’enseignement du tennis de table. Continuum de formation collège-lycée ; L’enseignement de l’escalade.

Nous n’avons pas retenu le format « live », par visioconférences, qui se développe très largement. Nous vous proposerons donc des ressources en « différé », accessibles à toutes et tous, sous la forme de capsules de 15 à 20 minutes chacune. Vous pourrez réagir à celles-ci sur la chaîne YouTube de l'AE-EPS, sur notre compte Twitter @AeepsIDF, ou via notre messagerie aeeps.paris@gmail.com. Nous transmettrons vos commentaires et vos questions aux contributeur·trices qui vous répondront directement ou par le biais de nouvelles vidéos.

          Vous l’aurez compris, nos échanges ne cesseront pas, malgré ce temps suspendu. Car il est essentiel de faire face, ensemble, aux vicissitudes de notre époque.
 

Bien solidairement,

Stéphane Sapin — Président de l'AE-EPS Paris-ÎdF,
Pour le groupe de pilotage régional

Nous écrire : aeeps.paris@gmail.com
Nous suivre sur Twitter : @AeepsIDF
 
1. Jeanneney,  J.-N. (2020). Virus ennemi. Discours de crise, histoire de guerres, Paris, Éditions Gallimard, collection « Tracts Gallimard », p. 8.
2. « Nous sommes partis avec une vision de moyen et de long terme. Il faut qu'on apprenne à vivre avec ce virus jusqu'à l'été prochain. » Jean-François Delfraissy, Président du Conseil scientifique, vendredi 9 octobre 2020 (sur les antennes de RMC et de BFMTV).
3. Comte-Sponville, A. (2020) Dictionnaire amoureux de Montaigne, Paris, Éditions Plon, collection « Dictionnaire amoureux », p. 20.
4. « Depuis des dizaines d’années, les enseignants reprochent à leur formation continue son coté "hors-sol", qu’ils pallient parfois en recourant à des formations non officielles, syndicales ou associatives. » Hugo Albandea, « Point sur la formation des enseignants », Sciences Humaines, n°330, novembre 2020, p. 22.