Bistrots pédagogiques
« Trois regards sur l'engagement de l'élève en EPS » : M. Travert, O. Rey et N. Terré Imprimer Envoyer
Écrit par SAPIN Stéphane   
Complet
 
Cher.ère.s collègues et futur.e.s collègues,
 
Dans sa préface du Dossier EP&S n°851, le sociologue François Dubet milite pour une réflexion approfondie sur l'engagement des élèves dans leurs apprentissages. Celle-ci lui apparaît en effet « indispensable à la formation et à la pratique de tous les professionnels de l'éducation, parce que l'engagement des élèves procède d'un travail pédagogique spécifique. » Partageant cette conviction, nous avons invité Maxime Travert2Olivier Rey3 et Nicolas Terré4 pour en débattre, avec vous, jeudi 29 novembre au Cadet de Gascogne5, dans le cadre de notre 40ème Bistrot pédagogique : « Trois regards sur l'engagement de l'élève en EPS ».
 
L'exposé liminaire de M. Travert portera sur l'« engagement de l’élève et les cultures sportives ». 
M. Travert y montrera que « l’engagement de l’élève en EPS ne peut pas s’envisager sans prendre en compte la relation qu’il entretient avec la pratique d’un sport à l’extérieur de l’École. Elle dynamise sa disposition pour apprendre. Une meilleure compréhension des types de pratiques extra-scolaires peut servir la recherche d'une plus grande efficacité dans l’enseignement de l’EPS. Les différents constats concernant les cultures sportives d’aujourd’hui nous incitent à appeler l’EPS à se re-sportiviser ! »
 
L'intervention d'O. Rey mettra quant à elle la focale sur l'« engagement de l'élève présentant un surpoids ou une obésité en EPS ».
O. Rey partira du constat que « les élèves en situation de surpoids ou d’obésité ont doublé depuis le début des années 2000. » Les considérant comme non-porteurs de handicap mais singuliers et « décrocheurs » d’activités physiques, il développera « des axes d’adaptations psycho-physiologique – fixant un niveau d’engagement différencié – et psycho-affectif – renforçant la motivation intrinsèque et la perception de soi. »
 
Enfin, avant d'engager les discussions, N. Terré proposera son regard sur l'« engagement de l'élève et la (dis)continuité des apprentissages ».
Pour N. Terré en effet, « la  compréhension de l’engagement des élèves apporte un éclairage sur les continuités et discontinuités d’apprentissage au cours des leçons et des séquences d’EPS. Les connaissances construites par les élèves sont couplées à leur engagement, lui-même enchâssé dans des histoires qui ouvrent ou non la possibilité de remobiliser ce qui a été appris. Les élèves apprennent par histoires. Un enjeu pour l’enseignant est de favoriser celles qui sont propices à tisser du lien entre les tâches et les leçons. »
 
Vous trouverez toutes les informations pratiques sur ce flyer. N'hésitez pas à l'imprimer et à l'afficher dans votre établissement !
 
Bien amicalement,
 
Stéphane Sapin
Président de votre Régionale Paris-ÎdF
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 
1. Dubet, F. (2018). « Préface » du Dossier EP&S n°85 : L'engagement de l'élève en EPS. D'une approche pluridisciplinaire aux perspectives professionnelles, Paris, Éditions EP&S, p.10.
2Maxime Travert est professeur agrégé d'EPS, Maître de conférences HDR à l'ÉSPÉ d'Aix-Marseille et chercheur à l'Institut des Sciences du Mouvement.
3Olivier Rey est professeur agrégé d'EPS, Maître de conférences à l'ÉSPÉ d'Aix-Marseille et chercheur à l'Institut des Sciences du Mouvement.
4Nicolas Terré est professeur agrégé d'EPS, Maître de conférences à l'Institut de Formation en Éducation Physique et en Sport d'Angers.
5Au Cadet de Gascogne se situe sur la Butte Montmartre, au n°4 de la Place du Tertre, Paris 18ème. En plus de partager un verre avec nous, vous pourrez rester y manger après le Bistrot pédagogique (formule « entrée - plat - dessert » à 18€50).
6Adhérer à l'AE-EPS, c'est soutenir le dynamisme de notre association qui propose depuis 1936 des espaces de rencontres, de réflexions et de partages aussi variés que complémentaires. C'est aussi profiter de nombreux avantages :
               . la gratuité sur la quasi-totalité des entrées aux manifestations de l’AE-EPS, partout en France,
               . la possibilité de vous inscrire « en avant-première » aux Bistrots pédagogiques organisés par votre Régionale Paris-ÎdF,
               . l'abonnement à la revue Enseigner l'EPS (trois numéros par an),
               . le téléchargement de 25 articles du fonds documentaire du site Internet,
               . lors de nos rencontres, 20% de remise sur les livres édités par l'AE-EPS et sur les tee-shirts de votre Régionale Paris-ÎdF (une nouveauté de cette rentrée 2018 !),
               . vous investir, si vous le souhaitez, dans un des groupes ressources de l'association (« CEDREPS », « Plaisir et EPS », « Analyse des pratiques en EPS », « ÉPIC en EPS »).
 
Compte-rendu : « L'évaluation : quels bénéfices pour quels coûts ? » – André Canvel Imprimer Envoyer
Écrit par SAPIN Stéphane   
A. Canvel
André Canvel – Inspecteur Général de l'Éducation Nationale, Président du CAPEPS externe
 
« L'évaluation est un geste professionnel qui appartient au quotidien des enseignants. Mieux encore, elle est une des composantes essentielles de la culture scolaire au travers l'histoire, au point qu'elle appartient à ce que Michel Foucault définissait comme l'expression du passage du pouvoir de la Loi au pouvoir de la norme, nouveau partage des individus. 
En s'immisçant dans tous les interstices de l'institution scolaire, de la classe au système, l'évaluation ne serait-elle pas devenue le nouveau paradigme d'une École de la performance généralisée ? Pour quels bénéfices et à quels coûts ? Et l'EPS dans tout cela ?! »
 
André Canvel
Au Cadet de Gascogne (Paris), Bistrot pédagogique du jeudi 27 septembre 2018 
  
Visionner les vidéos de l'intervention :
    • Partie 1/4 (17'49)   —   Évaluer, une notion surdéterminée. Brève histoire scolaire d'une ambiguïté originelle (1/2)
    • Partie 2/4 (19'49)   —   Évaluer, une notion surdéterminée. Brève histoire scolaire d'une ambiguïté originelle (2/2)
    • Partie 3/4 (19'05)   —   Les bénéfices de l'évaluation (1/2). Pour l'élève. Pour l'enseignant
    • Partie 4/4 (18'05)   —   Les bénéfices de l'évaluation (2/2). Pour l'enseignant. Pour l'institution    —   Les coûts de l'évaluation. Pour l'élève. Pour l'enseignant. Pour l'institution
 
CR : « La pédagogie est-elle condamnée aux lieux communs ? » – Philippe Meirieu Imprimer Envoyer
Écrit par SAPIN Stéphane   
Ph.Meirieu AE-EPS ParisIdF
Philippe Meirieu – Professeur émérite en Sciences de l'éducation à l'Université Lumière-Lyon 2, Chercheur et militant en pédagogie
 
« Pour introduire mon propos, je dirais qu’en tant que vieux "routard", vieux "briscard" de la pédagogie, militant depuis très longtemps dans les mouvements d’Éducation populaire, qui est entré dans l’enseignement très jeune, a été formateur dans les MAFPEN, puis s’est impliqué dans un travail en Sciences de l’éducation, je suis encore stupéfait, quand je vais dans certains colloques, voire dans certaines manifestations officielles organisées par le Ministère de l’Éducation nationale, d’entendre proférer comme étant des idées nouvelles et des concepts éminemment "refondateurs" de l’École, ce que je considère, à ma petite échelle, comme des lieux communs. Ceux-ci traînent dans le discours pédagogique depuis bien longtemps et je me demande si nous sommes condamnés à rester dans ces slogans et à réinventer en permanence l’eau tiède ? [...] »
Philippe Meirieu
Le Lutèce (Paris), Bistrot pédagogique du mardi 11 mars 2014 

Télécharger le compte-rendu complet

Parmi les nombreuses références signalées par Philippe Meirieu, certaines apparaissent en caractères gras et en bleu. En cliquant dessus, vous serez dirigés vers la source citée (à condition d'être connectés à Internet !).

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 12