Nos valeurs
L'AE-EPS : c'est l'EPS dans tous ses débats Imprimer Envoyer
  

JJZ CR 2014 photo LavieF. Lavie - Président de l'AE-EPS

Présentation lors de la Journée J. Zoro, le 4 octobre 2014

Accès

au diaporama

à la vidéo

 
Quels enjeux 2009-2012 ? Le point de vue de l'AEEPS sur l'EPS Imprimer Envoyer
  

M. Avisse 

Revue Hyper-EPS, 2009, 244, 2-3 

Présentation : Depuis le Congrès de Saint-Brieuc en Novembre 2007, notre association, au sein du Conseil d'Administration national, a initié une réflexion destinée à clarifier sa position sur notre discipline.
La consultation de nos adhérents, puis le travail de décantation des principes retenus par le Séminaire interne de Valence en Octobre ont permis d'élaborer collectivement les documents que nous communiquons à présent.

iconTexte intégral


 
Le point de vue de l’AEEPS sur l’EPS Imprimer Envoyer
  

Les principes de l'AEEPS sur l'EPS sont ancrés dans une école définie comme lieu d'Education, d'Instruction et de Formation pour les jeunes générations, respectant ainsi nos statuts et notre Charte de 2000.

L'AEEPS affirme ses valeurs pour une Education Physique et Sportive obligatoire, respectant l'unité de la personne, impliquant l'accès la libre détermination raisonnée et raisonnable d'un bon usage physique de soi.

Ceci se traduit par les principes éthiques suivants, orientant la position de l’AE-EPS sur l’EPS

  • Pas d’exclusion, de discrimination des élèves ni de copier-coller (reproduction) des pratiques sportives de compétition au risque d’accentuer les inégalités en EPS.
  • Pas de juxtapositions de techniques, d’APSA, de leçons, d’exercices au risque d’aseptiser les pratiques et d’en perdre le sens.
  • Pas de rejet, ni d’ennui des élèves envers les pratiques physiques proposées au risque de générer de l’échec et de la sédentarité.
  • Pas d’éducation motrice sans dimension artistique au risque de limiter l’ouverture à la culture des pratiques corporelles.
  • Pas de rôles sociaux, ni d’analyse réflexive, sans action motrice conséquente au risque de dénaturer la discipline.
  • Pas de pratique sans acquisitions techniques singulières ni engagement physique au risque de fixer l’élève dans sa motricité quotidienne.
  • Pas de choix inadaptés ni exhaustifs des objets d’enseignement au risque de limiter les progrès moteurs de l’élève.

Texte voté le 07 février 2009

 icon Pour en savoir plus

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2