En 2022, préservons en nous une part d’utopie !

Drancy, dimanche 2 janvier 2022

Cher·ères collègues et futur·es collègues,

Lors de notre dernier Bistrot pédagogique, Philippe Meirieu, citant Italo Calvino, a conclu ainsi son exposé :

« L’enfer des vivants n’est pas chose à venir. S’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir ; la seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer, et lui faire de la place. »1

Ph. Meirieu nous a alors encouragé·es, dans nos divers engagements, à continuer à « faire de la place à ce qui n’est pas l’enfer, à ce qui n’est pas la concurrence de tous contre tous, à ce qui n’est pas l’individualisme, à ce qui n’est pas la dissolution des humains dans une guerre des uns contre les autres, à ce qui n’est pas du consumérisme débridé »2, et à préserver en nous la part du feu, de l’utopie, de l’espérance folle.

Cher·ères ami·es, que nous souhaiter de plus, pour cette année et celles à venir, que de conserver en nous une part d'utopie?

En 2022, à travers nos Bistrots pédagogiques, nos Ateliers de pratique et une Journée Jean Zoro, nous vous proposerons encore et toujours des espaces de rencontres et de réflexions qui témoignent, à notre échelle, qu’un autre type de relations humaines – à la fois solidaires et émancipatrices – est possible.

Nous avons hâte de vous retrouver pour discuter, échanger, pratiquer... et trinquer ! Ce ne sera malheureusement pas possible le 13 janvier prochain comme initialement prévu. La situation sanitaire nous a en effet conduit·es à reporter sine die notre 50ème Bistrot pédagogique, que nous devions partager avec Alain Hébrard et Georges Vigarello (nous n’avons pas voulu le maintenir en distanciel, considérant ce format trop éloigné de l’« esprit » de nos Bistrots péda.4). Nous vous donnons donc d'ores et déjà rendez-vous samedi 12 mars, à Cergy, dans le cadre d'un Atelier de pratique tennis de table, avec Serge Testevuide.

D’ici-là, le groupe de pilotage de votre AE-EPS Paris-Île-de-France se joint à moi pour vous présenter ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Bien solidairement,

Stéphane Sapin — Président de l'AE-EPS Paris-ÎdF,
Pour le groupe de pilotage régional

Nous écrire : aeeps.paris@gmail.com
Nous suivre sur Twitter : @AeepsIDF

 

1. Calvino, I. (1996, pour la traduction de Jean Thibaudeau). Les villes invisibles, Paris, éditions du Seuil, p. 189.
2. Meirieu, Ph. (2021). Faut-il désespérer de la pédagogie ?, Bistrot pédagogique, n°49 (25 novembre), Le Lutèce, Paris.
3. Dans Bilan de faillite (2018, Gallimard), Régis Debray a quant à lui écrit à son fils : « Je te souhaite de croire en quelque chose, et pas seulement d’accumuler des connaissances. On ne sort des clous qu’avec un indémontrable chevillé au corps et si tu veux pouvoir aller jusqu’au bout de toi-même, préserve en toi la part du feu, je veux dire d’une foi, d’une ferveur, d’un élan. »
4. « Malgré ce qu’elles nous ont permis de découvrir, les visioconférences sont génératrices de profondes frustrations. Elles privent l’interlocution de cette présence physique des autres si précieuse pour entrer réellement dans une relation authentique avec eux : les corps sont réduits à des visages, les visages à des images, les images à un écran. Nous n’habitons pas le même espace. Non seulement, nous ne pouvons plus toucher l’autre, mais nous ne pouvons plus nous adresser vraiment à lui. Impossible d’accrocher vraiment son regard. [...] Nous voilà juxtaposés en des vignettes plus ou moins anonymes, individualisés irréductiblement par cette juxtaposition même : le tout n’est plus que l’ensemble de ses parties, le collectif est réduit à une liste, la respiration commune est abolie. Chacun et chacune reste dans sa temporalité propre. Chacun et chacune reste chez lui. L’ailleurs n’existe pas puisqu’il n’y a pas de trajet pour y aller. » Meirieu, Ph. (2021). Dictionnaire inattendu de pédagogie (entrée « Trajet »), pp. 458-459.